Les méchants COV (Composés Organiques Volatils), principaux polluants de ta maison

Avec du vert dedansDécoration le

cov-peinture

Les méchants COV en question

Quand je te parle de pollution atmosphérique, tu penses à « gaz d’échappement et les fumées des usines ». Mais dans ta propre maison, l’air que tu respire peut être 10 fois plus pollué qu’à l’extérieur. Nos intérieurs douillets ne sont pas toujours des cocons protecteurs.

Mais elles viennent d’où, ces substances dangereuses ? D’un peu partout, en fait : des produits d’entretiens, qui « sentent le propre ! »,  des produits de bricolage (peintures, laques, vernis,…) et d’autres produits qui entrent dans la composition du mobilier, ou de certains sols. Certains systèmes de chauffage (appareils a combustion comme les chaudières, cheminées…) et l’activité animale et humaine (le tabac, la cuisine, etc…) en rejettent aussi. Ces composés, chimiquement instables, deviennent gazeux sous l’effet de la chaleur (température ambiante) ou de l’humidité.

On passe en moyenne 22h par jours dans des lieux clos, c’est beaucoup. Les somnolences, maux de tête répétés, irritations, nausées, crises d’asthme, et mêmes certains cancers peuvent être les effets d’une exposition de ces polluants. Si tu habites a la campagne et que tu te dis « aah que c’est bon de vivre loin de la ville et de la pollution » (mais si, moi aussi je me le dis !) et bien saches que dans ta maison, tu peux avoir jusqu’à 300 composés organiques volatils différents. C’est peut-être temps d’opter pour une déco plus naturelle ?

L’ennemi public numéro 1 : Le formaldéhyde

L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur a réalisé une étude entre 2003 et 2005 mettant en évidence l’omniprésence du formaldéhyde (aussi poétiquement appelé formol ou méthanal) dans nos intérieur, un gaz classé cancérigène par l’OMS.
Il est présent dans les colles pour revêtements de sols, dans les moquettes, les stratifiés, les panneaux de particules agglomérés, les produits plastiques et synthétiques, les meubles en kit, les vernis pour parquets, certains nettoyants pour sols, … Sa présence est 10 fois plus importante dans nos intérieurs que dans l’air extérieur.

Ceux qui finissent pas « ène », et les autres

Dans la marmite des méchants COV, on trouve aussi toute une ribambelle de jolis mots qui finissent en « ène ». Toluène, trichloréthylène, xylène, benzène, allergènes de chiens et chats ; mais aussi les éthers de glycol. Ils sont présents dans les moquettes, les plastiques, les dalles d’isolation, le linoléum synthétique (en PVC), les tissus, les papiers peints, les vernis, et ils s’évaporent très facilement à température ambiante.
Les phtalates, eux, sont moins volatiles, mais pas moins dangereux. Ils servent à rendre plus souple les matières comme le PVC. Trois millions de tonnes sont produites chaque année, et ils ont commencés à être utilisés dans les années 60. Présents dans les revêtements de planchers, des emballages alimentaires, les rideaux de douche, des adhésifs, les colles, les fragrances, ainsi que dans certains jouets pour enfants (En quantité très réduite pour les jouets, grâce à la législation européenne).

Voilà, maintenant tu sais que ta maison est un dangereux nid à pollution. C’est une bonne introduction. Le but de ce blog est aussi de mettre en avant des solutions alternatives et des bonnes adresses pour changer d’air sans te ruiner. Ouf !